Article écrit par

Une réponse

Page 1 sur 1
  1. Francois Pelletier 21 juin 2010 à 22 h 57 | | Répondre

    J’ose faire un parallèle avec une retraite de quelques jours, expérience que je viens tout juste de vivre. C’est un peu comme un jeûne du mental. On en vient à découvrir, et à re-choisir, les activitées qui sont réellement importantes pour nous, les possessions qui nous sont vraiment utiles, etc…

    Cette brève expérience de simplicité volontaire permet vraiment de mettre en lumière ce qui est superflu dans notre vie, ce qui est « artificiel » ou « vendu » par la société dans laquelle nous vivons. Si on est attentif, on y voit aussi les besoins réels que l’on tente habituellement de combler par la consommation, ou en se tenant occupé, distraits ou divertis continuellement.

    À l’instar du jeûne, vivre en ermite n’est pas un mode de vie à adopter en permanence, ni non plus un essentiel pour pratiquer la SV. Cependant, il s’agit d’une belle manière de faire des prises de consciences que l’on peut transposer dans la SV.

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire