Article écrit par

4 réponses

Page 1 sur 1
  1. hémard 23 novembre 2014 à 14 h 43 | | Répondre

    comme j’ ai pas de caisse à rouler, j’ économise 6000 dollars par an
    et comme j’ ai pas à les gagner, ça me fait échapper à l’ impôt français sur le revenu, ce qui me permet encore de moins travailler et contribuer

    comme quoi, l’ avarice, ça permet de vivre bien mieux….

  2. […] :  Liberté! Sans auto! par France Cliche le 20 septembre dans le Carnet des […]

  3. Esther 20 septembre 2014 à 8 h 38 | | Répondre

    Tout cela est possible, en ville. Difficilement réalisable, sinon très exigeant et frustrant par les longues attentes) en banlieue où les bus passent bien peu de fois par jour et à peu près pas les fins de semaine. Impossible à la campagne, quand parfois(souvent !) y a même pas de service de taxi existant… Et on ne peut vivre tous en ville.

  4. marc guy 20 septembre 2014 à 8 h 16 | | Répondre

    Vivre sans auto un rêve pour plusieurs mais avec la façon dont les villes et leur urbaniste développent les nouveaux quartiers, c’est très difficile. De plus en plus on sépare les fonctions habitation et travail par de grandes distances et des autoroutes, ce qui rend le transport en commun inefficace et le vélo difficile et risqué. Le travail ce développe en banlieue, dans des parcs industriels, et on bâtit des zones résidentielles où les commerces de proximité sont interdits par le zonage. Impossible de marcher jusqu’à un resto ou un dépanneur.
    L’auto est aussi un moteur économique dont les gouvernements ne peuvent se passer, une source de revenus importante en taxes et de nombreux emplois; et ils font tout pour encourager son utilisation.

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire