Article écrit par

8 réponses

Page 1 sur 1
  1. Sébastien Tétreault 28 mai 2010 à 10 h 52 | | Répondre

    « Avec internet, jamais la terre n’aura été si petite et les gens si éloigné. » C’est une citation que j’ai déjà entendu et que je trouvais approprié au sujet.

    Je viens sur ce carnet de temps en temps, sans y sentir une obligation ou m’obliger à une ponctualité. C’est vrai qu’interagir sur le net peu prendre beaucoup de notre temps et sans me priver de cette source d’information et de loisir, j’essaie d’avoir un équilibre dans ma vie et de limiter mes interventions à l’essentiel.

  2. Brigitte Marchal 11 mai 2010 à 8 h 54 | | Répondre

    Je ne vous connaissais pas, je suis de Belgique et j’ai créé un groupe de Simplicitaires. Je suis tombée sur votre blogue en cherchant des informations.
    Je partage tous les commentaires de vos lecteurs.
    J’envoie souvent des courriels en ne sachant s’ils sont lus et je n’attends pas de réponses. Je suis heureuse de partager une information ou un sentiment, une émotion, une photo.
    Il faut continuer car en effet les bouteilles à la mer dérivent presque toujours vers un rivage où on les ouvre.
    Bon combat.

  3. Dominique Boisvert 7 mai 2010 à 13 h 07 | | Répondre

    Je ne sais toujours pas si je souhaite ou pas entreprendre un dialogue avec ceux et celles qui prennent la peine de commenter les textes du Carnet, ni si le lieu approprié pour cela (pour moi du moins) est de participer à l’échange par le biais des commentaires (au fond, faire de chacun des textes du Carnet un sujet -et un lieu- d’échange spécifique) ou plutôt de réserver mes commentaires et mes interventions pour les textes que j’écris régulièrement… Je continue à y réfléchir et à voir comment le Carnet évolue concrètement dans la pratique.

    Mais je tenais quand même à remercier tous ceux et celles qui ont réagi (ou qui le feront) au présent texte: à la fois parce que cela me (et nous) donne un peu le pouls de ce qui s’est développé jusqu’ici (c’est confortant et stimulant) et que ça fournit de précieux éclairages sur certains points soulevés (marie sans importance et François sur l’attitude face à la surabondance ou à l’informatique).

  4. François Pelletier 6 mai 2010 à 23 h 53 | | Répondre

    Cher Dominique, je me suis dernièrement posé plusieurs questions également au sujet du rôle ou de l’impact de l’informatique et de l’internet sur nos vies – complication ou simplification?

    Pour la plupart, sans doute – spécialement ceux qui y puisent régulièrement dans ses sources infinies d’informations et de possibilités de contacts virtuels – l’internet complique, et parfois même envahit plus qu’elle ne simplifie.

    Mes réflexions m’ont tout-de-même amené à la conclusion suivante: il s’agit d’un outil, et il est de notre devoir de s’en servir à des desseins importants à nos yeux, sans perdre de vue notre équilibre, ou se laisser contrôler par elle.

    Depuis peu, j’ai ainsi beaucoup simplifié mes outils informatiques, réduit le nombre de mes logiciels, gadgets, icônes, barres d’outils, favoris, etc. Je me suis désabonné de nombre de blogues et listes de diffusions. J’ai limité ma participation aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter). J’ai aussi décidé d’utiliser mon ordinateur pour fonctionner « sans papier » – tant au travail qu’à la maison. N’ayant plus de papiers (ou presque), je n’utilise plus de brocheuse, perforatrice, étiquettes, chemises, dossiers, filière, déchiqueteuse, etc. Je n’ai pas de papier à classer ou à traiter. J’utilise Google Desktop pour rechercher mes fichiser sur le disque dur – je n’ai donc même plus besoin de classer mes fichiers.

    Je crois donc qu’il faut partir de ce qui est essentiel pour nous, et n’utiliser que les outils qui en favorisent le développement et l’expression, sans nous projeter dans le déséquilibre.

    Merci Dominique de continuer à exprimer ta passion. Sache qu’elle est contagieuse, et une nourriture pour moi.

  5. Isabelle Lessard 6 mai 2010 à 14 h 15 | | Répondre

    J’y suis aussi, et je vous suis, régulièrement.
    J’erre parfois sur le net, mais je suis fidèle à certains sites, comme le vôtre.
    J’aime suivre vos idées; elles me rassurent.
    Devrions-nous tous être plus interactifs? Oui, sans doute, mais je me plais aussi, parfois, à me laisser bercer par ces informations, sans y répondre.
    Vos efforts méritent d’être louangés. Est-ce par le nombre de commentaires qu’ils sont récompensés? Si oui, alors je m’efforcerai de répondre plus souvent! C’est qu’il fait tempête dehors…. Je sors.

  6. marie sans importance 5 mai 2010 à 12 h 08 | | Répondre

    J’ai souffert moi aussi- et surtout au début – de la surabondance d’infos et de sources d’infos. Aujourd’hui, je me concentre sur quelques sites et/ou blogs. Ce carnet en fait partie, tout comme quelques autres.
    Oui Dominique, il y a quelqu’un sur la toile !

  7. Julie Arseneau 4 mai 2010 à 21 h 59 | | Répondre

    Merci Dominique pour tes textes, je les lis presque tous, effectivement mais je ne répond pas beaucoup ces temps-ci… Faute de temps!

    Julie Arseneau

  8. Jean-Marc Brun 4 mai 2010 à 20 h 41 | | Répondre

    Internet rapproche-t-il forcement les gens ?

    Bravo !

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire