Article écrit par

2 réponses

Page 1 sur 1
  1. Madeleine Provencher 2 juillet 2017 à 20 h 46 | | Répondre

    Bonjour à toutes et à tous,

    Je suis presque sans mots… ces échanges me font revivre intensément la folle aventure de la (défunte) Coopérative de solidarité en commerce responsable Tendre Vert de Lévis. Il y a tellement de similitudes avec le dualisme de l’acceuil qu’avait suscité notre projet que c’en est étourdissant! L’incroyable désir de changer les choses, face à logique inéluctable des forces du marché… je peux vous dire que les gens sont sensibles à la cause, mais encore plus à leur portefeuille. C’est triste quand on songe qu’on a tellement besoin de changer la donne, mais c’est tout à fait compréhensible quand on songe que tout le monde a aussi besoin de boucler son budget, et que les raisons de dépenser davantage pour un produit que pour un autre sont bien arbitraires… dans nos sociétés d’abondance!

    Malgré l’échec de notre commerce de détail alternatif, je continue à croire que les choix de consommation peuvent peser plus lourd du côté de la responsabilité sociale. Mais je crois avoir compris aujourd’hui qu’il faut pour cela démontrer clairement qu’il est possible de le faire sans sacrifier l’essentiel.

    Afin que la clientèle arrive à vraiment comprendre que l’essentiel ne passe pas par (comme on le croit généralement) « plus de », « le moins cher » ou encore « le nec plus ultra », il faudrait proposer nos alternatives tout en donnant la chance aux gens d’évoluer vers une plus grande conscience de ce qui est essentiel à leur bonheur… Donc, trouver des mécanismes pour informer la clientèle sur la nature de ses besoins et sur les multiples façons d’améliorer ses satisfactions dans la vie de tous les jours, sans passer par l’argent et la consommation…

    Il serait donc souhaitable d’intégrer à votre projet un mécanisme d’information-formation continue, répétitif… ad nauseam s’il le faut! Tout en choisissant les produits à mettre en marché et l’aménagement des lieux (« very essential, indeed! »), il serait impérieux de choisir aussi les manières d’informer la clientèle sur les raisons et les avantages de consommer les produits qui leur seront offerts et sur les raisons qui justifient de se rendre chez vous plutôt qu’à l’épicerie du coin! Des affiches dans la boutique, des petits papiers glissés dans les sacs d’épicerie, des soirées d’information, des fêtes, des bisous, n’importe quelle excuse pour expliquer, écouter, échanger…

    C’était mon conseil du jour! Je vous souhaite tout le succès possible dans votre folle, mais nécessaire, aventure!

    Madeleine Provencher
    Membre fondatrice
    Coopérative Tendre Vert

    (P.S. N’oubliez pas d’expliquer à votre clientèle pourquoi ils doivent faire une épicerie chez vous, EN PLUS de leur épicerie ordinaire! Hihi!)

  2. Micheline Claing 29 juin 2017 à 19 h 51 | | Répondre

    Je ne connaissais pas l’existence de ce fonds. C’est beau ce que vous faites et je pense que de le publier apporte un regain d’énergie à ceux et celles qui vous lisent. C’est souvent décourageant de penser que notre petit geste ne changera peut-être pas grand chose. Lire votre échange, avec toute l’intensité, la sincérité et la rigueur que j’y retrouve me donne envie de redoubler d’efforts. C’est possiblement valable pour d’autres aussi! Parfois, j’ai honte de vivre sur cette planète… mais là, je suis fière! Je ne sais pas ce qui sera décidé, ni si ce projet verra le jour et fonctionnera, au moins des gens se rassemblent et passent à l’action! Je vous félicite pour votre implication sociale, c’est un beau modèle à suivre!

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire