Article écrit par

5 réponses

Page 1 sur 1
  1. Pascal Grenier 13 septembre 2017 à 18 h 17 | | Répondre

    Je pense qu’à moyen terme on n’a pas le choix d’envisager de décroître. Les limites de la nature même nous y forceront.
    Entre temps, le mieux à faire est de débuter graduellement à réduire sa consommation dans les domaines les plus à notre portée, comme je l’ai mentionné soient la taille des maisons et des autos, les voyages et les vêtements. Pas brusquement mais de façon très étapiste en s’assurant de bien vivre chaque changements.
    Nous n’avons pas à craindre pour l’économie et la croissance, il y aura encore longtemps plein de gens qui sont dans la surabondance et qui surconsommeront.
    L’idée est de bâtir graduellement un noyau de personnes qui, par leur exemple, en entraîneront d’autres. Ceux-ci seront les mieux préparés à affronter quelques formes d’effondrements qui nous attendent malheureusement.

  2. marc guy 13 septembre 2017 à 8 h 52 | | Répondre

    Réduire la consomation inplique une transformation complète de la société basé sur la croissance .
    Il faut réalisé que l’état fonctionne aussi sur la croissance des revenues et dépense . Est on pret comme société a une reduction des dépense emplois et subvention de l’état ?
    Tout l’industries du petrole et de l’auto représente des millions de revenue de taxes et des millier d’emplois ,des chomeurs qui vont recevoir moin d’aide de l’état.
    D’une spirale de croissance a une spirale de décroissance a tout les niveau de l’économie de perte d’emplois et de service la marge est mince

  3. Lucille Thompson 12 septembre 2017 à 20 h 36 | | Répondre

    Je suis très simplicité volontaire moi aussi, il faut que votre message passe dans les écoles secondaires cegeps et universités, les dirigeants!! Pourquoi les écologistes ne sont jamais pris au sérieux? Les communes seraient une belle option, visiter notre pays en premier aussi, l’énergie du vent, du soleil, de l’eau, les friperies, la couture, le tricot etc…

  4. Pascal Grenier 12 septembre 2017 à 15 h 31 | | Répondre

    Bonjour Éléna,

    Merci pour ton commentaire.

    Dans mon article, je ne propose pas de retourner à l’âge des cavernes mais de réduire sa consommation de quelques degrés de pourcentage.

    Une réduction de la consommation permet d’avoir moins besoin d’argent ce qui nous permet de moins travailler et d’ainsi de récupérer du temps. Ce temps retrouvé peut permettre d’en investir une partie dans sa famille, sa communauté et dans des loisirs gratifiants. Ceci additionné au fait qu’une réduction de la course à l’argent diminue le stress de l’endettement lequel produit comme effet une vie plus calme et de meilleurs chances de bonheur.

  5. Elena 12 septembre 2017 à 14 h 48 | | Répondre

    C’est bien beau ces conseils décroissants, mais personnellement, je trouve que si on doit vivre une vie de privation et de renoncement, à quoi bon ?
    Vous aimeriez vivre dans une boîte en conserve ? Moi pas ! Mais ce n’est pas pour cela qu’on doit polluer.
    Je pense que le plus urgent, c’est de se défaire des lobbys pétroliers ! Des avions, qui fonctionnent aux énergies libres, et aussi des voitures, ça peut marcher ! Des maisons autosuffisantes, comme les Earthships, qui sont construites selon des normes nouvelles (éco évidemment), mais surtout plus intelligemment. Orientation aux points cardinaux, présence de serres passives, géothermie, énergie éolienne, solaire, hydro …
    Des vêtements en fibres naturelles (lin, ramie, coton bio …).
    Les inventions et le « progrès » technique doit juste prendre la bonne direction ! Et je suis parfaitement d’accord qu’aujourd’hui, l’humanité fonce dans le mur !
    En plus, il faudrait virer l’obsolescence programmée et la consommation pour la consommation ! Mais de là à retourner à l’âge des cavernes, non merci !

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire