Article écrit par

4 réponses

Page 1 sur 1
  1. Benoit Marcotte 27 octobre 2017 à 16 h 58 | | Répondre

    Bonjour,

    Je suis 100% d’accord avec le programme de décroissance dont tu parles dans ton dernier paragraphe. Après un long cheminement et après avoir pris le temps de s’informer, mon épouse et moi avons adopté ce programme depuis plus de un an et nous vivons bien.

    Le défi est de faire prendre conscience à la population (enfants, adolescent-e-s et adultes) des limites de notre planète et des informer de ce qui nous attend. De plus nous devons ramener dans nos discussions que la croissance continuelle que nos gouvernements et que la plupart des entreprises aspirent est un concept tout à fait irréaliste et illogique.

    Les gouvernements entretiennent et valorisent un programme compétitif du mieux vivre qui passe par une surconsommation.

    Malheureusement je crois qu’il est impossible de renverser la situation. L’inertie des systèmes ( capitalisme et climatique) est trop grande et continue de croitre dans le mauvais sens.

    Heureusement, nous pouvons encore tous bien vivre dans un mode de décroissance. Daniel Bélanger chante dans une de ces chansons que nous n’avons pas besoin du bonheur pour être heureux.

    Nous, acteurs de la décroissance, nous allons pouvoir quitter ce monde en se disant que nous avons fait notre petite part pour un changement de paradigme…….

    Benoit, acteur de la décroissance

  2. Vivi-Anne Boudreau 27 octobre 2017 à 16 h 18 | | Répondre

    a ne pas oublier …..la survie de la planète commence maintenant , avec nous……merci pour ce partage mon amie

  3. Micheline Claing 27 octobre 2017 à 15 h 24 | | Répondre

    Triste nouvelle… et je crois qu’elle ne fera pas la Une du Journal de Montréal! Pas facile de se préparer au pire tout en gardant espoir. Pas facile non plus de tenter de sensibiliser les gens à l’urgence du changement sans tomber dans le pessimisme et l’impuissance qui inhibent l’action!

    Comme le colibri, il est important de faire notre part de façon personnelle, mais aussi sociale en se regroupant dans l’action. En groupe, on se sent moins seuls, on est plus forts et on a plus de chance d’arriver à un changement viable.

  4. marc guy 27 octobre 2017 à 15 h 15 | | Répondre

    Les gouvernements on une seule solution a tout les problemes PLUS DE TAXES et visité en jets privés les hotels de luxe de la planète pour discuté et rien faire . La vrais solution vien des citoyens et de la transformation du mode de vie incluent la démographie explosive du tier-monde encouragé par les religions.

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire