Article écrit par

3 réponses

Page 1 sur 1
  1. Lise Gauvreau 24 février 2019 à 19 h 39 | | Répondre

    Merci Serge de soulever cette préoccupation que je partage tout à fait. On observe un certain retour aux petits commerces locaux, mais ce n’est pas suffisant, loin s’en faut. Même le bio et le naturel ont été récupérés par des bannières, de sorte que les petites boutiques santé s’éteignent les unes après les autres. Malheureusement, dans ce type de consommation comme dans les autres, la recherche du choix et du prix le plus bas, tuent les commerces de proximité.
    Je serais contente de reprendre ce texte dans le prochain Simplement Vôtre, si tu le permets, Serge.

    1. Jean-François Boisvert 25 février 2019 à 9 h 00 | | Répondre

      Bonjour Lise, je souligne qu’il s’agit d’un texte de Jacques Senécal.

  2. Pascal Grenier 24 février 2019 à 17 h 35 | | Répondre

    Félicitations Jacques et merci pour avoir développé ce sujet pas souvent abordé par les simplicitaires.
    Personnellement, à part la nourriture, je consomme très peu et lorsque je le fais c’est presque toujours des objets usagers. Même les cadeaux que je donne aux anniversaires de mes enfants et petits-enfants, j’essai de les trouver dans l’usager.
    Je fais du bénévolat dans une friperie communautaire et j’y achète, à 50% de rabais comme membre de l’organisation, mes quelques objets utiles.
    Je suis un assez gros lecteur et la très grande majorité de mes livres je les empruntent dans le réseau des bibliothèques municipales de Québec. Les autres livres, je les cherche chez les libraires d’occasion ou sur Abebook ou Amazone.
    Donc les marques, très peu d’influence sur moi.

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire sur Jean-François Boisvert Cliquez ici pour annuler votre réponse.