coût de l’inaction