Simplement soi-même

Ce que je trouve le plus difficile quand on enlève le superflu dans sa vie, c’est de se retrouver seul avec soi-même, sans fuites.

Quelles sont nos fuites?  Presque tout peut devenir une fuite!  Je pense que la réponse se trouve dans la raison pour laquelle nous faisons ce que nous faisons.

Certaines fuites sont plus acceptables socialement que d’autres.  Pensons au travail, au bénévolat, à la lecture, aux formations, aux divertissements comme la télé, le cinéma, le théâtre, les concerts, jouer de la musique, dessiner, peindre, s’adonner à des activités à caractère spirituel, magasinage de toutes sortes.

Tout ceci peut devenir de la  »consommation », c’est-à-dire de la quantité plutôt que de la qualité.

Qu’est-ce que je fuis?  La peur d’être différent du modèle standard fortement proposé par la société (de consommation), la peur du vide qui m’habite, la peur de réaliser que ce que je fais n’a pas de sens, la peur d’être obligé de poser des actions pour devenir autonome et responsable de ma vie, la peur de voir l’état du monde autour de moi, la peur de me sentir responsable et probablement impuissant face à la misère du monde.

Je vous propose de faire la liste de toutes vos activités et d’inscrire pour chacune la raison pour laquelle vous la faites, la fréquence à laquelle vous la faites,  le degré de satisfaction obtenu et la durée de cette satisfaction.

Quel constat cet exercice vous permet-il de faire?

Pas facile d’être simplicitaire dans l’être, dans le faire et dans l’avoir!

Article écrit par

3 réponses

Page 1 sur 1
  1. Cynthia DUCAU 20 janvier 2012 à 5 h 27 | | Répondre

    On ne peut pas changer sa vie en un seul jour, même si parfois on aimerait que les choses avancent plus vite…. ce temps de construction permet une véritable maturation dans sa vie de « la Simplicité volontaire »… maturation pour soi, maturation pour sa famille, son conjoint, ses enfants, son entourage…
    Je pense sincèrement que ce long passage vers la simplicité volontaire est d’autant plus forte si le sentiment d’avancer à plusieurs est présent…
    Tout n’est pas si simple…. mais je me sens en construction au jour le jour…. et que c’est bon quand on parvient à lâcher prise…

    Merci à vous pour ces réflexions…

  2. Yan Fortin 16 janvier 2012 à 6 h 35 | | Répondre

    Wow, article percutant! Vous lisez dans mes pensées… Sortir des rangs est toujours effrayant. Ce qui m’effraie aujourd’hui, c’est de voir que je pourrais rester dans les rangs à long terme et avoir des regrets de ne pas avoir fait différent… c’est ce sur quoi je travaille présentement… Belle réflexion!

  3. Marthe Leclerc 15 janvier 2012 à 7 h 48 | | Répondre

    Effectivement tout peut devenir un outil de fuite .De la politique à la religion en passant par le matérialisme sous toutes ses formes.
    La capacité de rester face à soi-même par une forme ou l’autre de méditation peut nous aider à développer cette capacité.
    À chacune et à chacun de découvrir la forme qui lui convient.
    Votre exercice de réflexion est tout à fait approprié.Merci!

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire