De retour (ter)! Le Carnet…

Les urgences familiales étant derrière moi et mon livre étant maintenant en librairie (ROMPRE! Le cri des « indignés »), je peux revenir plus régulièrement au Carnet des simplicitaires.

Avant de replonger, je veux tout de même souligner l’apparente utilité du Carnet puisque, même avec très peu de nouveaux textes publiés depuis six mois, il a continué d’accueillir de nouveaux « abonnés » : il y en a maintenant environ 225, d’un peu partout (Amérique, Europe, Australie, etc.).

Il semble que la simplicité volontaire, sous cette appellation ou sous une autre, continue d’être un thème porteur et d’intéresser des individus et des groupes, même si la mode SV  semble passée, du moins au Québec. Et qu’il y a des gens qui continuent de nous trouver par le biais d’Internet, de nous lire (ce qui est déjà intéressant) et, mieux encore, de vouloir rester en contact avec nous par le biais du Carnet.

C’est pour moi (et pour nous) un encouragement important à continuer d’alimenter la réflexion, de faire connaître les expériences, de signaler les ressources trouvées ailleurs et possiblement, qui sait, de susciter parfois certains échanges ou discussions.

Le Carnet n’est aucunement un « projet bien défini », une chasse gardée, ni même automatiquement la poursuite de ce qu’il a été jusqu’ici. Les initiateurs du projet, il y a plus de deux ans, l’imaginaient autrement que la manière dont il s’est effectivement développé. Et nous souhaitons qu’il continue d’évoluer, en fonction des intérêts, des disponibilités et des contributions de ceux et celles qui le fréquentent.

Même si nous sommes déjà fin octobre, je nous souhaite collectivement une bonne année 2012-2013! Et au plaisir de vous lire…

Dominique Boisvert

Article écrit par

5 réponses

Page 1 sur 1
  1. Réjean Jetté 6 novembre 2012 à 18 h 57 | | Répondre

    réponse à Dominique
    créer de véritables échanges en gardant la tâche légère et oui! tout un défi ! Je pourrais vous bombarder de questions , mais c’est beaucoup plus long de répondre que de poser des questions, peut-être même que la réponse pourrait être dans les archives , ça aussi c’est une tâche de fouiller les archives. Je me suis procurer un ordinateur Xo , en pensant que ça serait la solution simplicitaire adopté par tous , pas facile d’en trouver un autre utilisateur , pour faire des échanges ça prend une masse critique 18h57 HNE

  2. Zakari 1 novembre 2012 à 16 h 41 | | Répondre

    Bonjour,

    Votre livre s’annonce intéressant au vu des chapitres que j’ai pu survoler.
    Vivre de manière simpliste sera inévitable si la société continue de fonctionner ainsi.

  3. Réjean Jetté 1 novembre 2012 à 12 h 51 | | Répondre

    Précisons d’abord que je ne suis pas très habitué à participer à ce carnet , comme présentement je ne suis pas certain si mon commentaire sera traité comme une réponse à Dominique Boisvert ou Anne-Renaud par le logiciel ou un humain en décidera ?
    Je serai bref quitte à revenir si les résultats sont à la bonne place ? , je lis dans le texte de Dominique Boisvert : volontaire.nbsp;» , est-ce que nbsp signifie autre chose que Une espace insécable (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nbsp ou a non-breaking space, also known as a no-break space or non-breakable space (NBSP), )

    Dans le même texte de Dominique Boisvert j’ai bien aimé l’avant dernier paragraphe où il était question de l’évolution du carnet , j’y vois un peut comme une invitation pour ce que risque d’être mon prochain message quand je serai plus sur qu’il atterrira où je le souhaite
    12h52 HAE

  4. Anne-Renaud 30 octobre 2012 à 7 h 52 | | Répondre

    Bonjour,

    Je m’intéresse depuis un moment à la SV et bien que je me réjouisse que de nouvelles personnes adhèrent à un mode de vie plus simple, je ne suis pas décue que l’intérêt pour le mouvement entourant la crise économique de 2008 s’estompe. Si certains ont profité de ce bouleversement mondial pour faire le point, beaucoup d’autres ont perçu la SV comme une boué de sauvetage pour vivre moin cher et on tôt fait de rejoindre le premier narive leur permettant de quitter leur simplicité de concession.

    Biensûr, les médias ont davantage parlé du mouvement et cela a également permis à de nombreuse personnes de mettre le doigt sur le bobo, mais je pense sincèrement que bien des individus qui vivent dans un malaise grandissant sauront trouver la SV au moment opportun dans leur vie.

    Enfin, je suis heureuse de vous savoir de retour à la barre de votre carnet!

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire