Article écrit par

5 réponses

Page 1 sur 1
  1. yv 20 septembre 2014 à 9 h 03 | | Répondre

    Je suis ravi de vous lire. Ma solitude n’a plus le même goût. Je suis solidaire et doucement, je sortirai offrir de mon temps moi aussi.
    Vous êtes des  »éclaireurs » pour moi. Mon individualisme n’a qu’à mieux se tenir pour aller à la rencontre de vos lumières.

    Merci beaucoup.

  2. Pascal Grenier 28 juin 2014 à 16 h 33 | | Répondre

    Très bonne réflexion Diane. Dans ce contexte de solutions communautaires, j’ai découvert, il y a quelques mois, le mouvement des Accorderies. Celui-ci comprend actuellement 10 groupes régionaux au Québec et est en plein développement.
    Le concept est d’échanger des heures plutôt que de l’argent, à l’image des Services d’échange locaux (SEL). À Québec où je suis devenu membre, j’ai rejoint près de 900 personnes qui offrent et consomment une foule de services.
    L’accordeur inscrit bénéficie de 15 heures de départ et peut immédiatement commencer à consommer. Il peut aussi offrir des services sur le site de l’Accorderie de sa région. La consultation de la liste des offres de services donne beaucoup d’idées qui peuvent rejoindre nos talents et capacités, ce qui facilite la recherche de services à offrir.
    Ces activités d’échanges sans argent sont une façon exceptionnelle de consommer en s’appuyant sur sa communauté et tous les talents qui y foisonnent. Ce qu’il faut c’est du temps et de la bonne volonté.
    Cette approche devrait être intégrée au mouvement « En transition » et correspond très bien avec ta nouvelle vision de la simplicité volontaire faisant appel à la communauté que tu propose.

  3. Marthe Leclerc 27 juin 2014 à 8 h 22 | | Répondre

    Belle réflexion Diane.Avec une famille nous sommes au coeur du coopératif mais la tendance à l’individualiste et la consommation refont surface dans bien des subtilités.
    Avec des enfants déficients qui sont adultes ,il faut jauger avec l’autonomie (Leurs chambres deviennent leurs appartements en quelque sorte avec Tv, jeux etc.Donc plusieurs TV dans la même maison) . Il faut faire les compromis qui ne briment pas leurs décisions aussi.Par contre il y a une seule auto, des lieux communs etc.
    Faire le choix de vivre en groupe ensemble c’est aussi la simplicité collective avec des inconvénients et des plaisirs.
    En fin de compte ce n’est pas une action qui a la valeur de nous rapprocherr de la simplicité mais le sens qui la porte comme ton texte le montre.

  4. Jacqueline Boisvert 21 juin 2014 à 10 h 44 | | Répondre

    C`est vrai que nous avons beaucoup de ménage et de détachement matériel et de dépossession à faire pour que les gens en profitent.
    Nous sommes beaucoup plus heureux ¸serein lorsque nous pouvons partager socialement.Rencontrer des gens qui nous font grandir¸améliorer humainement en apprécient les beautés de la nature que l`univers nous envoie à chaque instant
    Nos ancêtres vivaient avec beaucoup moins et manquaient de rien pour leur survie.Alors nous avons beaucoup de misère à trouver le juste milieu¸c`est en travaillant sur nous même que nous allons faire des nouveaux choix de vie.

  5. Jean Cloutier 20 juin 2014 à 21 h 40 | | Répondre

    Excellent

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire