Suggestions pour lutter contre la congestion

Il y a quelques jours j’assistais à Québec, avec 300 autres personnes, à un rassemblement de Québec solidaire contre le 3ième lien. Même si nous avons eu 3 conférences intéressantes et une période de questions animée, je suis resté sur mon appétit quant aux solutions à la congestion routière.

Voici quelques suggestions énergiques pour réduire la congestion dans la région de Québec et particulièrement prévenir la construction de l’éléphant blanc que serait le 3ième lien.

Covoiturage

Le covoiturage apparaît comme la solution toute indiquée pour lutter contre la congestion. Toutefois, malgré certaines initiatives, comme entre autres, le travail du groupe Mobili-T et l’application Netlift, on en est toujours, pour la grande majorité, à l’auto solo.

Je suggère donc d’établir une incitation financière de type bonus-malus pour accroître la proportion de gens se déplaçant à plusieurs dans leurs autos. Je laisse le soin à d’autres de déterminer comment ça pourrait fonctionner. Toutefois, le Parti Québéçois a déjà proposé une subvention au covoiturage lors des dernières élections.

Un autre bonus serait de permettre aux covoitureurs d’utiliser les voies réservées au transport en commun Cette possibilité permettrait de créer plus de voies réservées, entre autres sur certaines autoroutes.

Étalement urbain

L’étalement urbain est vraiment la plaie du développement dans la région de Québec. C’est un phénomène structurant et chaque nouvelle maison qui se construit en banlieue éloignée est là pour plus de 100 ans et handicape les possibilités de mobilité durable à long terme. Selon ce qu’on nous dit, les jeunes qui veulent s’installer dans la région trouvent trop cher l’achat d’un logis dans le territoire central de Québec et choisissent donc massivement la banlieue.

Je suggère donc qu’on accorde un incitatif financier significatif aux jeunes couples acceptant de s’installer en ville. De plus, je propose qu’on fasse une étude sur les coûts comparés du choix de la ville par rapport à celui de la banlieue éloignée. Cette dernière option provoque, la plupart du temps, l’achat d’une seconde voiture (coût de 8 000$/année) alors qu’en ville plusieurs peuvent même, avec les transports en commun et l’autopartage, se passer d’auto personnelle. À ce coût relatif à la possession de véhicules, il faut ajouter les coûts reliés à l’usage, soit les déplacements soir et matin de la banlieue vers la ville. Finalement, le temps de déplacements est un autre facteur à considérer et qui pourrait être quantifié en argent dans cette étude. Si on considère tous les facteurs dans cette recherche, je suis persuadé que le bilan financier serait favorable à moyen terme pour le choix de la ville pour un jeune couple.

De plus, je suggère qu’on établisse un moratoire sur tout nouveau développement sur la rive sud considérant la congestion sur les ponts. Imaginez, si on en vient à perdre le pont de Québec à force de s’entêter à ne pas l’entretenir…

Gratuité du transport en commun

Je ne suis pas le premier à proposer l’idée de rendre gratuit le transport en commun. Pourquoi ne pas commencer par éliminer les tarifs pour les étudiants et les travailleurs de l’Université Laval? Une initiative semblable a été mise en place avec succès à l’université de Sherbrooke.

Télétravail et étalement des heures de travail

Le télétravail est une initiative qui pourrait passer de la marginalité à la généralité pour les emplois de bureau. Pourquoi y a-t-il tant d’hésitations?

En ce qui a trait aux heures de travail, il serait facile de les élargir et ainsi répartir la circulation routière sur une plus grande plage horaire.

Des solutions à la congestion, il y en a ! Il reste à trouver le courage politique pour les mettre en application. Celles-ci permettraient d’oublier la folle entreprise de construire un tunnel entre Beauport et Lévis.

Crédit photo Olivier Piquer sur Unsplash

Article écrit par

4 réponses

Page 1 sur 1
  1. JP Blais 4 novembre 2019 à 9 h 13 | | Répondre

    Avons-nous besoin de concentrer tous les emplois dans les centre-villes? Les problèmes lié à la congestion, sont aussi lié à nos façons de travailler et mode de vie. Il y a les heures et aussi le lieu. Si nous créons des pôles d’affaires, à l’extérieur des centre-villes, dans les banlieues, hors des ponts et que les entreprises offrent à leurs employé d’y travailler, les travailleurs se rapprochent de leur domicile et feront moins de déplacement, peut-être même ils les feront en transports actifs. Le choix de la banlieue est aussi un choix de qualité de vie, c’est pas tout le monde qui veut vivre entouré de béton, il y en a qui choisissent la nature.

  2. François Champoux 18 mars 2019 à 9 h 50 | | Répondre

    Bonjour,
    Merci de cette réflexion sur un problème important de notre qualité de vie.

    Pas facile de trouver la juste solution; personnellement, je pense qu’elle tient surtout à un sain développement du transport urbain.

    Ce sont probablement les lobbies du pétrole qui ont fait disparaître les transports électrifiés; il faudrait y revenir (surtout chez nous au Québec) et en faire un vaste projet national. Les ingénieurs doivent être mis à contribution avec leur esprit de la simplicité dans la recherche de solutions les plus adéquates pour le respect crucial et vital de la planète. L’économie doit revenir à sa base philosophique de fournir et de répondre au mieux aux besoins des populations, et non pas de faire de l’argent à plein par l’exploitation financière des besoins des collectivités.

    Encore merci de cette réflexion; je soutiens plus que jamais l’entretien du pont de Québec: c’est une vraie honte de le voir dans son état actuel.

    François Champoux, Trois-Rivières

  3. MF. Morin 18 mars 2019 à 3 h 27 | | Répondre

    Merci de nous faire voir ce que personne ne veut voir ou entendre :une logique environnementale viable.
    100% de votre bord… du fleuve!!!
    MF

  4. Marc Guy 17 mars 2019 à 12 h 11 | | Répondre

    l’étalement urbain a Quebec est crée par la ville elle meme ou pluto l’urbanisme.
    Par l’incitation des entreprises a s’établir loin du centre ville a l’exemple du RTC au parc Armand Viau, du nouveau IKEA, et du future DÉCACHLON SPORT, si on déplace les entreprises pour plus de stationnement on encourage le transport auto et aussi les employés a s’éloigner du centre ville pour le logement. l’entreprise moderne ne crée tres peut de pollution et peut facilement s’établir au centre ville pret des résaux de transport avec un minimum de stationnement. Meme MEC le model d’entreprise écologique c’est déplacé pour du stationnement

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire sur Marc Guy Cliquez ici pour annuler votre réponse.