Article écrit par

2 réponses

Page 1 sur 1
  1. Micheline Claing 16 août 2011 à 15 h 06 | | Répondre

    Je trouve difficile de répondre à ta question. Pour vivre plus près de la nature et de la simplicité, je suis déménagée de Montréal à St-Jérôme. Ce que je vois c’est deux extrêmes: la pauvreté involontaire et les nouveaux projets domiciliaires (grosse maison sur petit terrain). Au moins, à Montréal, il y a tout un monde entre les deux!

    Ma réflexion sur le côté  »volontaire » de la simplicité m’a amené à penser qu’il faut être conscient du besoin de décroissance avec toutes les raisons qui amènent ce besoin. On en revient à  »Comment changer la simplicité  »involontaire » en simplicité  »volontaire », et ma réponse est par l’éducation populaire pour conscientiser les gens. Je pense que c’est la conscience qui fait la différence (Ça ferait un beau slogan!).

    Les plus conscients et simplicitaires que j’ai rencontrés dans les alentours sont souvent des artisans qui habitent un rang de campagne. C’est ma prochaine destination! Alors, il faut continuer à allumer des consciences.

  2. Fanny Héraud 15 août 2011 à 9 h 14 | | Répondre

    Concernant les alertes Google, pour rechercher sur une expression donnée et ainsi éviter les résultats bizarres, il faut entrer la requête entre guillemets : « simplicité volontaire ». Elle renverra des pages contenant la chaîne de caractères « simplicité volontaire »!

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire