Article écrit par

5 réponses

Page 1 sur 1
  1. Micheline Claing 21 février 2016 à 10 h 30 | | Répondre

    Salut Dominique,

    J’ai adoré ton texte! Ça fait longtemps que je n’ai pas pris le temps de lire un long texte du Carnet au complet, parce que mon esprit s’égare parfois dans les nuages. Je te félicite aussi d’avoir fait un résumé clair qui définit la simplicité volontaire et pourquoi elle est nécessaire. J’ai aussi apprécié énormément le fait que ce texte ne soit pas une critique, mais quelque chose de positif, une belle vision, un encouragement à faire autrement. Je vais le transférer à mes contacts avec grand plaisir. Je voudrais aussi la permission de l’utiliser en tout ou en partie pour appuyer d’autres causes compatibles, en citant la source, bien sûr! Tu peux m’écrire directement à cet effet. J’ai été vraiment touchée par ton texte et heureuse de te lire. Au plaisir!

    Micheline Claing

  2. Michel Ouellet 21 février 2016 à 10 h 18 | | Répondre

    Votre article decrit tres bien l’atttitude a prendre pour mieux vivre et sauver la planete. Merci tres enrichissent.

  3. marie 21 février 2016 à 4 h 07 | | Répondre

    Excellent article, merci 🙂 !

  4. Pascal Grenier 20 février 2016 à 21 h 59 | | Répondre

    Merci Dominique pour ce long rappel sur la simplicité volontaire.

    Je présente ci-après une courte réflexion sur la simplicité volontaire.

    « Dernièrement, j’ai fait un constat vis-à-vis la simplicité volontaire (s.v.). Je la définis maintenant comme « un état d’esprit favorisant un certain mode de vie ». Historiquement, je disais que la s.v. était un mode de vie qui s’affirmait par une réduction de la consommation, ce qui amenait un moins grand besoin d’argent, lequel permettait de réduire son temps de travail. Le temps ainsi récupéré servait à investir sa vie dans sa croissance personnelle, du temps avec sa famille et sa communauté. Tout ceci est toujours vrai mais c’est l’approche extérieure. Comme je vois la s.v. actuellement, cette approche extérieure est précédée d’un état d’esprit, c’est-à-dire une approche intérieure. C’est-à-dire un arrêt de la turbulence de sa réflexion, sortir du tourbillon de la vie pour devenir plus en pleine conscience et vivre le moment présent de façon plus intense. En vivant plus en pleine conscience, on est plus en mesure de contrôler ses désirs et par voie de conséquence, ses actions dont ses achats. Le mode de vie adopté découle automatiquement de sa conscience. Autrement dit, on ne commence pas par consommer moins mais par arrêter sa turbulence intérieure pour mettre de l’ordre dans sa vie. La méditation est la voie royale pour y arriver ».

  5. Robert Béliveau 20 février 2016 à 21 h 53 | | Répondre

    Bravo et merci pour ces riches réflexions et la générosité de les partager. Il faudrait que ce texte rejoigne le plus grand nombre et contribue à éveiller les consciences sur des meilleures façons d’accéder à un vrai bonheur. Ici et maintenant. Bonheur d’être, du partage. Bonheur de simplement vivre et de vivre simplement.

S.v.p. commenter sous votre vrai nom.

Laisser un commentaire